Bienvenue sur le site du gîte d'étape Le Sequoia
Clairegoutte / Haute-Saône
Franche-Comté / France

Le village : Clairegoutte

P1010230

Le village s’est installé sur un territoire caractérisé par la présence de vastes plaines vallonnées.

Clairegoutte occupe une cuvette. La forêt revêt des terrains accidentés dans tout l’est du village et bien plus loin, alors qu’à l’ouest, le terrain sert essentiellement à l’agriculture.

Clairegoutte fait partie des 5 villages des bois avec Etobon, Magny Danigon, Belverne et Frédéric Fontaine.

Chaque quartier du village porte un nom particulier :

  • Corney du haut
  • Corney du bas
  • La Broche
  • La Riotte
  • La Grapiotte
  • Le Bringuey

Au Village

Vous trouverez lors de votre séjour à Clairegoutte les services suivants:

  • Un bureau de poste  (ouvert le mardi matin, le jeudi matin, le vendredi après midi et le samedi matin)
  • Un Boulanger - Pâtissier - Traiteur -Epicier où vous trouverez tout ce dont vous avez besoin. Contact: christophe.mathieu0580@orange.fr, téléphone : 03 84 63 12 76. Fermé le lundi

A Ronchamp, à 6 km du gîte,  vous aurez accès à tous les commerces de proximité (Coiffure, Tabac, Presse, Petite surface etc…) et à Lure, à 14 km du gîte, une grande surface.

Un peu d’histoire

Les armoiries de Clairegoutte

BalsonSéquoia Les armoiries de Clairegoutte sont composées de divers éléments rappelant les grandes familles du Comté de Montbéliard.

Les armes de Léopold La Chaume d’Odelans et de N.Barbaud de Florimont dont les bars rappellent la comtesse Henriette de Montbéliard, le lion, la Franche-comté, le lys le royaume de France et les ramures, le Prince de Wurtemberg.
La devise « Semper Claragutta«  (toujours clair notre ruisseau) connu en 1246. Quant aux ornements, une couronne de feuillage de hêtre et de chêne, ils rappellent que Clairegoutte fait partie des « Conq villages des Bois ».

Les débuts :

La création du village remonte au VII ème ou IX ème siècle par l’attribution de terres défrichées par les premiers rois des Francs à leur valeureux guerriers. La paroisse, elle, a vu le jour en 1256, date certifié par un manuscrit dans lequel le curé de « Clergote » est mentionné.

1237 à 1793 :

En 1237, le Comté est placé sous la mouvance de l’empire d’Allemagne par un des seigneurs de Montbéliard qui s’était intitulé  Comte par la grâce de Dieu perdant ainsi sa souveraineté.

En 1397, Henriette de Montbéliard se marie à Eberhard de Wurtemberg, le comté de Montbéliard passe sous la souveraineté des comtes de Wurtemberg. En 1541, le village reçoit la réforme et la religion luthérienne s’installe dans le village.

La guerre de Trente ans, la peste, ruine et décime la population pendant le XVII ème siècle mais le XVIII ème siècle sera prospère et permettra à Clairegoutte de devenir un centre artisan important dont il reste, à l’heure actuelle, plusieurs belles demeures pour en témoigner.

1793 :

Le Comté de Montbéliard est annexé à la France et rattaché au département du Doubs sauf les « cinq villages des Bois », Frédéric-Fontaine, Belverne, Etobon, Magny-Danigon et Clairegoutte qui reviennent à la Haute Saône.

Le plus ancien document officiel parle de Clergote en 1256 mais le village aurait été créé au VIIIème ou IXème siècle.

Le nom vient sans doute du grand nombre de sources que compte le village et de la rivière Clairegoutte qui y prend vie, fruit de la réunion de deux gouttes, la Béchotte et la Goutte Robert qui donneront leur nom aux deux chambres du rez de chaussée du gîte.

L’histoire de Clairegoutte est étroitement liée à celle du Comté de Montbéliard dont le village est rattaché.

Clairegoutte sera rattachée (avec le comté de Montbéliard) à la France en novembre 1793.

Les grands hommes

Le Pasteur Georges-David Durot (1774-1849)
Pasteur Durot  Pasteur d’origine montbéliardaise, il instruisit les jeunes du village et des environs qui montraient des dispositions et qu ont tous réussi.

Le protestantisme luthérien fut introduit au Pays de Montbéliard en 1541 par le prince de Wurtemberg.

Henri-Charles Deloraine

Il commence sa carrière d’ingénieur dans le secteur de la télécommunication. Ensuite il se diversifie avec les domaines de la pneumatique et du textile. En 1947, Henri-Charles Deloraine  améliore la qualité sur la production des fils en chlorure de polyvinyle au sein du groupe Rhodiaceta. (thermolactyl)

Henri-Frédéric Iselin (1825-1905)
Capture d’écran 2013-10-26 à 17.01.19 Élève de Rude, En 1849, il débute au Salon de Paris en exposant des bustes en marbre. En 1852, il obtient sa première médaille d’or pour Le jeune romain. Sa réputation parvient aux oreilles de Napoléon III et devient sculpteur officiel de l’Empereur en 1862. Après la chute de l’empire, il continua à œuvrer pour diverses familles aisées. Il quitte Paris en 1896 pour s’installer à Clairegoutte où il succombe d’un cancer.
Marc Iselin (1898 – 1987)

Marc.Iselin

Le Dr Marc Iselin,
au centre de la photo avec son équipe.

Chirurgien de réputation internationale, spécialiste de la main. Il publia de nombreux ouvrages traduits en plusieurs langues.

Il créa en 1954, dans son service de l’université de Nanterre, un grand cours, tant théorique que pratique, avec appui télévisé, qui remporta un vif succès qui le fit devenir célèbre en France comme à l’étranger.

Armand Henri Iselin

Chirurgien major aux armées pendant la Grande Guerre, il se spécialise dans la chirurgie urologique et est nommé chef du service d’urologie, en 1940, de l’hôpital de Beaujon.
En 1956, Maurice DELORAINE le convie pour l’écriture d’un ouvrage à travers ses souvenirs d’enfance.

Maurice Deloraine (1898-1991)
Capture d’écran 2013-10-26 à 16.58.44 Diplômé de l’école de physique et chimie de Paris, il est affecté au service de radiotélégraphie de la Toutr Eiffel en 1917.De 1918 à 1921, il effectue son service militaire dans le service de télécommunications du général Ferrié et, sur les conseils de ce dernier, se fait embaucher par Western Electric. Deloraine découvre alors la filiale française de la société américaine, Le Matériel Téléphonique (LMT), mais aussi les implantations américaines de Western Electric et la maison mère de celle-ci AT&T . Deloraine fonda, en marge de LMT un laboratoire de recherches, les Laboratoires LMT (LLMT). Les LLMT comptent 700 personnes en 1938, date à laquelle Deloraine crée une division radiogoniométrie au sein de laquelle sera développé en 1940 le procédé connu sous le nom de « HF/DF » ou « Huff-Duff » révolutionnaire en ce qu’il permet de détecter les signaux radio très courts émis par les sous-marins de la marine allemande en se passant d’un cadre d’antenne mobile. Le nom du collaborateur de Deloraine, Henri Busignies, spécialisé dans les procédés radioélectriques de haute fréquence, est également associé à ce procédé permettant de localiser les sous-marins ennemis. En octobre 1940, Deloraine se réfugie aux États-Unis avec Busignies et deux autres ingénieurs des LLMT.

De 1953 à 1959, il sera maire de Clairegoutte. Officier de la légion d’Honneur, commandeur du mérite français/italien et titulaire de décorations américaines, Maurice Deloraine s’éteindra à Clairegoutte. Une stèle a été inauguré, à côté du temple, le 18 octobre 1992.

Les Monuments

Maison typique de Haute-Saône à Clairegoutte (renovée à ce jour)

Capture d’écran 2013-10-26 à 11.15.51 Le cœur historique de Clairegoutte offre une architecture particulière. Les bâtiments sont construits avec des matériaux locaux, soit le grès des Vosges, soit une pierre blanchâtre, sur des bases simples. Le grès qui donne un aspect similaire à un damier, est parfois sculpté sur certains bâtiments, notamment à la mairie. Le contour des portes et des fenêtres est généralement fait d’un grand bloc de grès. On constate cependant que l’ancienne clouterie a préféré l’art de la brique rouge. Les toits revêtent des tuiles tout-à-fait ordinaires. Les débords de toit sont très courts.

Le Temple protestant

Capture d’écran 2013-10-26 à 11.08.11 L’origine de cette église remonterait au XII 7me siècle, bâtie sur les ruines d’un ancien temple païen. Cette église fut renovée en 1734 et un clocher de pierre fut bâtie en 1777 en remplacement des deux clochers de bois.

La Ferme clouterie Hory

Capture d’écran 2013-10-26 à 09.34.57 Ancienne ferme rénovée qui possédait une clouterie, en cours de rénovation, fonctionnant grâce à l’énergie hydraulique fournie par la Béchotte.

Cette ferme sert actuellement de salle d’exposition.

A la fin du XVIIIème siècle, Clairegoutte comptait 19 cloutiers.

Les 8 fontaines à obélisques

Capture d’écran 2013-10-26 à 09.35.23

La chapelle

Capture d’écran 2013-10-26 à 09.36.26 Utilisée pour le culte catholique, elle fut érigée en 1963.

Un circuit historique balisé vous permet de visiter le village en vous faisant découvrir ses particularités.

Sources : Office du tourisme CCRC, Wikipédia